IAB (US)

IAB (US)

L’un de mes billets précédents traitait de la publicité pré-contenu vidéo (ou « pre-roll video”) et des raisons pour lesquelles cette forme de publicité, quoique de plus en plus répandue, ne représentait pas autant que l’on aurait pu le croire il y a quelques années. En effet, le total investi dans cette forme de pub interactive représente à peine 12 millions, ou 0,75% du total investi sur Internet au Canada en 2008 (source: IAB Canada). Le commentaire d’un éditeur à ce billet indiquait que la complexité technologique d’intégration de ce format était probablement l’une des raisons qui expliquaient ce niveau d’investissement.

C’est vrai que la publicité pré-contenu vidéo n’est pas toujours simple à gérer pour les éditeurs. Ni pour les agences interactives, d’ailleurs. La gestion de la majorité des publicités interactives dans un outil de gestion publicitaire est simple et efficace, que celles-ci soient en formats intégrés (Big Box, Leaderboard, Skyscraper, bouton, lien texte, etc.) ou encore les publicités flottantes (« DHTML”). Mais ce n’est habituellement pas aussi simple pour la publicité pré-contenu vidéo, surtout si on achète une telle publicité chez, disons, une dizaine de fournisseurs différents. C’est que contrairement aux autres formats publicitaires, on est plus souvent qu’autrement obligé d’envoyer le matériel vidéo (ex.: fichier FLV) directement aux fournisseurs pour qu’eux-mêmes l’intègrent dans leur(s) site(s), et selon leurs spécifications propres. On finit par passer beaucoup de temps sur la production et le routage de la pièce publicitaire, temps qui aurait été plus rentable investi autrement. Dans le cas de publicité pré-contenu vidéo accompagnée d’un « Companion Ad”, on pourra au moins mesurer et optimiser ce dernier format avec notre outil publicitaire tiers, et ainsi obtenir les statistiques du combo (portée, fréquence, impressions), du moins en assumant que la pub en pré-contenu vidéo aura été livrée le même nombre de fois que la pub associée.

Peut-être que ces complications ne seront plus qu’un souvenir prochainement. C’est en lisant cet article de AdvertisingAge que j’ai pris connaissance de l’initiative du IAB US (Interactive Advertising Bureau des États-Unis) qui vise à uniformiser la gestion de la publicité pré-contenu vidéo. En effet, le IAB US vient récemment de revoir son modèle de standardisation des publicités pré-contenu vidéo. Ce modèle récemment mis à jour (novembre 2009), appelé VAST 2.0 (Video Ad Serving Template), a pour objectif de simplifier grandement la gestion de cette forme de pub interactive afin de rendre son implantation similaire sur un grand nombre de sites commercialisant de la publicité. Si les éditeurs de sites et les réseaux publicitaires (« Ad Networks”) finissent pas utiliser ce modèle de standardisation, tout le monde y trouvera son compte, à savoir :

  • Éditeurs de sites: Ils pourront plus facilement faire revendre une partie ou la totalité de leur inventaire en vidéo pré-contenu par une régie publicitaire. Aussi, ils pourront accommoder leurs clients (agences interactives et annonceurs directs) en leur permettant d’utiliser leurs outils de gestion publicitaire tiers (« Third-party adserver”).
  • Réseaux publicitaires: Ils pourront plus facilement gérer des publicités pré-contenu vidéo sur les sites qu’ils représentent. Aussi, ils pourront accommoder leurs clients (agences interactives et annonceurs directs) en leur permettant d’utiliser leurs outils de gestion publicitaire tiers.
  • Agences interactives et annonceurs directs: Ils pourront utiliser tous leurs outils pour mieux gérer et optimiser leurs campagnes publicitaires incluant des publicités en pré-contenu vidéo.

Souhaitons que cette norme se répande et que, ainsi, la publicité pré-contenu vidéo devienne plus facile et rentable à gérer.

Accéder au VAST 2.0 (document PDF de 16 pages).