Bing

Bing

J’écrivais récemment que, selon moi, l’avenir de Bing est prometteur. D’ailleurs, il est le seul des trois moteurs de recherche majeurs à voir sa part de marché être en continuelle progression, mois après mois.

D’un point de vue d’utilisateur, Bing me semble être de plus en plus efficace.

D’un point de vue eMarketing, Bing est profitable puisqu’il permet habituellement d’obtenir un meilleur positionnement
tout en payant moins cher pour chaque clic généré en PPC (Pay Per Click), pour des taux de conversion similaires.

Non, ce n’est pas demain la veille que Bing en viendra menacer sérieusement Google, qui obtient 82% de toutes les recherches effectuées au Canada (source: comScore, total année 2009). Par contre, pour ceux qui doutent toujours des chances de Bing de continuer à croître, jetez un oeil à la portée actuelle de Bing dans le marché canadien francophone (source: comScore Media Metrix) :

  • Total du marché canadien francophone, mars 2010 : 5 209 000 visiteurs uniques
  • Nombre de visiteurs uniques, Bing.com : 1 852 000 visiteurs uniques (portée de 35,6%)
  • Ce qui en fait le 9e site Internet le plus fréquenté en mars 2010 par les Canadiens francophones.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Bing.com ne peut plus être considéré comme marginal.
Et c’est tant mieux. J’ai une grande admiration pour Google, mais une trop forte concentration, ce n’est jamais bénéfique à long terme.