Il existe un grand nombre de mesures très précises qu’il est possible d’analyser en publicité interactive. Ici, pas d’estimations ou de flafla, juste du vrai. L’ensemble des données disponibles, jumelé à une grande capacité de segmentation, donnent beaucoup de place à l’optimisation dans la publicité interactive. Ceci est vrai pour toutes les facettes de la pub interactive, de la gestion de votre liste d’envoi de courriels jusqu’à la publicité graphique, en passant par le référencement payant (PPC).

Alors que les investissements en référencement payant sont davantage évalués en fonction de leurs retombées immédiates (clics générés, coût par clic, coût par conversion, taux de conversion, ROI, etc.), la publicité graphique peut quant à elle être davantage évaluée en fonction de l’image de marque, l’interaction, la portée et la fréquence. En effet, même si elle présente souvent une incitation à cliquer, la publicité graphique permet de mieux promouvoir une image de marque et un message. La pub graphique génère beaucoup plus que des clics et des conversions, alors que le référencement payant, pas vraiment (ou très peu).

Ainsi, en plus des données de base telles que les impressions, les clics, le taux de clics et le taux de conversion de chaque placement et de chaque pièce publicitaire, il existe de nombreuses mesures exclusives à la publicité graphique : les impressions uniques (ou les individus exposés), la fréquence, l’interaction, le temps d’exposition, les retombées
« post-impression mais sans clic », la mesure de la duplication entre les visiteurs uniques rejoints par les différents placements, et plus encore. Ces mesures exclusives peuvent être obtenues grâce à l’utilisation d’un outil de gestion publicitaire tiers (plus communément appelé « third-party adserver »). Il m’apparait aujourd’hui impensable de ne pas se doter d’un tel outil, considérant les coûts d’utilisation plus bas que jamais. PubInteractive SG dispose d’ailleurs de deux licences de l’outil de gestion publicitaire SmartAdServer: l’une pour les annonceurs, et l’autre, pour les éditeurs.

Je crois beaucoup à la synergie des différentes formes que peut prendre le marketing Internet. Le défi actuel devient celui de la cohésion des différents moyens pour promouvoir sa marque et son site Internet. Parmi ces moyens, le référencement payant dispose d’une efficacité redoutable pour obtenir des retombées immédiates et facilement mesurables. Loin d’être en reste, la publicité graphique génère elle aussi des retombées immédiates, mais permet d’aller plus loin au niveau de la notoriété, de l’image de marque et de l’association à des marques médias fortes et ciblées. Chose certaine, c’est que toutes les formes de publicité interactive donnent accès à un grand nombre de mesures pour qui est bien outillé, mais les mesures considérées comme prioritaires pour l’une de ces formes ne sont pas nécessairement prioritaires pour les autres.